Dans le contexte actuel, alors que le gouvernement encourage les entreprises à avoir un nombre minimal de jours en télétravail, quels sont ses réels avantages et ses limites ?


Pour un employé, le télétravail demande de la rigueur et un sens de l'autodiscipline parfois difficile à insérer dans un contexte familial et les tâches ménagères associées.
Il faut trouver un moyen de réussir à se concentrer lorsque l'on a ses enfants autour de soi, et dans un autre sens, résister à la tentation des loisirs à porter de main ( télévision, téléphone etc ).

Télétravailler, c'est accepter l'idée que l'univers du bureau empiète sur son univers personnel. Ce n'est pas qu'on ne va plus au bureau, c'est que le bureau s'invite chez nous.
Il n'est donc pas évident de trouver un juste équilibre à la maison. L'important est de rester productif en étant discipliné et dans le même temps de s'octroyer des pauses pour s'oxygéner.

Du fait de la distance entre collègues et du manque d'interaction, l’isolement peut s'installer, et avec lui, la perte de reconnaissance et d'appartenance à l'entreprise. Pour l’employeur le travail à distance demande un effort supplémentaire de coordination avec son équipe et des réunions régulières pour mieux superviser le travail de chacun.
Tensions et stress peuvent alors émerger lorsqu'un dispositif de contrôle abusif est mis en place sur les salariés. C'est là qu'intervient le droit à la déconnexion.

Le coworking apparaît alors comme une solution idéale pour retrouver un équilibre et rompre l'isolement. Il permet de profiter d'un cadre de travail partagé où recréer un lien social, tout en combinant les atouts du travail à distance : autonomie et temps de transport réduit.